SUPERVISION

La supervision

Supervision coaching pour coaches et consultants. Réfléchir sur sa pratique, prendre du recul, élargir et enrichir ses interventions, développer son professionnalisme.

 

Qu’est-ce que la supervision ?

  • C'est un espace qui permet de réfléchir sur la pratique de chacun et d'apporter des solutions concrètes aux problèmes rencontrés.
  • C’est un espace de développement de ses compétences pour adapter ses interventions.
  • C'est un lieu de partage, d'échange et d'écoute réciproque.

 

Le public concerné

  • Coach externe ou interne
  • Coach débutant ou plus expérimenté, salarié ou en libéral
  •  Consultant ou formateur qui souhaitez développer votre posture de coach
  • Formateur interne ou responsable RH, ayant à accompagner des projets de développement des compétences et de changements comportementaux.

 

Les objectifs

  •   S’engager dans une démarche réflexive sur sa posture et ses pratiques d’accompagnement

  • Maîtriser et adapter les contrats et le cadre de ses accompagnements aux situations spécifiques de ses clients

  • Développer son auto - réflexivité sur ses pratiques, afin de débusquer tâches aveugles, limites à préserver, croyances bloquantes, routines, tendance à « prendre la carte pour le territoire » ou risque de toute-puissance à dépasser

  •  Approfondir sa réflexion sur les différentes dimensions des métiers de l’accompagnement

  •  Affiner sa finesse déontologique et son questionnement éthique

  • Discriminer, selon les besoins de ses clients, l’approche ou l’outil qui conviendra

  •  Apprendre à renoncer à opérer dans certaines situations.

 

Le processus de travail

Deux formes de supervision sont proposées : la supervision collective et la supervision individuelle.

Supervision collective : fonctionnement des groupes

Le groupe est limité à six personnes. Un entretien préalable avec le superviseur valide l’entrée dans le groupe.

Le dispositif de travail très flexible vise à mobiliser chaque membre du groupe, à instaurer une démarche fondée sur la parole et la co-construction :

·       Les membres sont invités à exprimer leurs besoins au début de chaque journée, à définir la forme de travail dont ils ont besoin

·       Un déroulement s’organise à partir des cas apportés par les membres. Toutes les situations apportées sont travaillées.

·       Différentes modalités de travail peuvent être mobilisées en fonction des besoins exprimés : échange et regards croisés, mise en situation…

·       Les membres du groupe sont sollicités dans leurs vécus, dans leur compréhension des cas présentés, dans leurs associations d’idées…

·       Un temps individuel est consacré à chacun, d’où la limitation du nombre de participants à six personnes.

·       Le superviseur facilite la parole, recentre et garde le « cap », il ponctue et propose des orientations. Selon les choix du groupe, des apports, des éclairages techniques et théoriques peuvent être développés.

·       Le groupe est utilisé :

§  soit pour donner du feedback suite à ses observations des séquences menées par le superviseur,

§  soit pour formuler des hypothèses d’analyses et des options d’action appuyées sur leurs propres grilles de lectures et outils d’intervention,

§  soit enfin plus activement pour mettre en forme métaphoriquement la problématique amenée par le collègue et lui proposer une lecture sous un autre angle.

·       Le superviseur s’appuie sur un cadre de référence pluridisciplinaire et multi-référentiel.

Le cycle comporte 7 journées dans l’année, l’engagement porte sur l’ensemble du cycle, après une première journée de participation qui permet à chacun de s’assurer que la forme de travail proposée lui convient et qu’il peut travailler avec et dans le groupe.

Supervision individuelle

Elle peut se mettre en place à tout moment, un entretien préalable est indispensable pour définir les possibilités de travail dans le cadre de la relation de supervision.

Les modalités sont déterminées avec chaque personne en fonction de sa situation professionnelle et de ses besoins.

Le travail de supervision permet alors donc de dégager les lignes de forces personnelles de chaque personne et de d’affiner son style d’intervention, tout en interrogeant l’éthique de sa pratique.

La supervision est un lieu de croissance, en rapport avec chaque personne, en référence à une déontologie professionnelle et dans un cadre de formation clairement établi.

 

Cadre et déontologie

Le superviseur est garant du cadre, il est engagé à déployer les moyens nécessaires au bon fonctionnement du groupe. Le respect de la confidentialité, la bienveillance dans les échanges, la co-responsabilité sont des principes auxquels le superviseur est très attentif. Le processus est conforme aux règles déontologiques relatives à la pratique du coaching telles que définies par la Société Française de Coaching

NOS DERNIERES ACTUS

NOS DERNIERS TWEETS

NOUS CONTACTER

GAILLARD CONSEIL

Téléphone : 09 82 25 74 95

27 rue Saint Macoult 17100 SAINTES